Je suis animatrice périscolaire

Depuis la rentrée au mois de septembre je suis animatrice périscolaire dans une école élémentaire. En avril dernier j’ai échoué au concours de professeur des écoles. Mon master étant presque finit, je me retrouvais dans l’impasse. Il fallait que je me trouve une roue de secours.

Quesako ?

Le périscolaire est un service proposé aux familles en lien avec l’école. C’est un temps où l’enfant est à l’école ou dans un centre, en dehors des cours obligatoires : accueil du matin et du soir, déjeuner, ateliers distractifs ou culturels du temps de midi. Il est mit en place par les communes. Lyon en fait donc partie. En ce qui me concerne je travaille avec des enfants de CP au CM2, pendant les pauses méridiennes et le vendredi toute la journée. Il peut m’arriver de travailler au centre social et culturel pendant les vacances.

L’animateur périscolaire met en place des activités, des animations de toutes sortes. Elles peuvent être ludiques, artistiques, sportives, manuelles… On est en lien direct avec les parents et les enseignants pour qu’il y’ait une continuité dans les apprentissages des enfants.

Comment ?

Il faut avoir le  BAFABrevet d’aptitude aux fonctions d’animateur. Pourtant moi-même je n’ai pas ce diplôme. Vous vous demandez donc comment j’ai pu en arriver là. J’ai en effet postulé via Pôle emploi cet été. Je cherchais un job à temps partiel pour que je puisse aller à mes cours et surtout réviser à côté. Je voulais également rester dans mon domaine : les enfants, la pédagogie. N’étant pas certaine que mon master MEEF – formation pour devenir professeur des écoles soit reconnu comme un équivalent du BAFA, j’ai mis en avant mon expérience avec les enfants, mes différents stages effectués durant mes études dans ma lettre de motivation et cv. Cela m’a également beaucoup servi lors de l’entretien.

Un journée type

Je commence le travail un peu avant que les enfants soient en pause du midi. L’équipe se réunit pour parler de l’organisation. Tous les coins de la cour doivent être occupés par un animateur. Nos yeux sont partout car nous veillons à la sécurité et au bien-être de tous les enfants. Chaque animateur a en charge une classe à aller chercher. Nous montons dans notre classe et faisons l’appel de la cantine. Une fois les élèves récupérés, nous descendons tous ensemble dans la cour. Les animations, les jeux peuvent commencer. Le vendredi, je travaille jusqu’à 18 heures. Nous proposons aux élèves de s’inscrire dans différentes activités, pensées au préalable, comme par exemple la cuisine ou bientôt du théâtre.

composition-coloree-des-materiaux-scolaires_23-2147650797

Designed by Freepik

Des anecdotes (Périscolaire et centre compris)
  • Les enfants sont sans filtre. Si tu as quelque chose sur le visage, ou un habit original selon eux, ils te le diront sans ménagement : « Mais Flaviane pourquoi tu as mis un rideau ?« 
  • Les enfants aiment connaître toute ta vie. Ils sont d’ailleurs de très bons enquêteurs : « est-ce que tu as un mari ? Est-ce que tu as des enfants ?« . « Oh mais tu as instagram ! » m’a dit un enfant après avoir aperçu une notification sur l’écran de mon portable…
  • Ils veulent même te caser avec tous les autres animateurs :  » – Ton chéri c’est lui ! -Comment ça ? – Je l’ai fait à la plouf.« 
  • Un enfant ça parle énormément. Si tu écoutes une histoire tu es partie pour un bon moment et parfois tu aurais préféré ne rien savoir : « Hier matin papa et maman se battaient dans le lit« . « A la maison j’ai un chien, deux chats, un poney, un poisson rouge, des poules… » et la liste est encore longue.
  • Préparez les mouchoirs. Les microbes sont vos pires ennemis.
  • J’ai appris à défaire et remettre une couche. Je n’avais jamais fait ça de ma vie.
  • Il faut absolument connaître l’endroit où est posé la trousse de secours. Les bobos sont monnaie courante.
  • Lorsque j’aurai moi-même des enfants je ferai attention aux vêtements car ils les quittent à un moment donné et les posent n’importe où. « A la recherche des vêtements perdus« .
  • Tu as tellement de prénoms dans la tête qu’il t’arrive de ne plus savoir. « Quentin. Quentin ! Quentiiiiiiin !!! »  » AH tu ne  t’appelles pas Quentin ?! ». Parfois tu as même dans ton groupe plusieurs enfants qui ont le même prénom.
  • Il y a toujours CET enfant tactile, même un peu trop.
  • Tu connais par coeur les noms étranges des jeux collectifs : dragon puant, tomate ketchup.
  • J’ai eu « la chance » de surveiller la couchette des petits. J’ai mit une berceuse. J’ai falli m’endormir avec eux.
  • J’ai une boite à trésors à la maison. C’est tout ce que les enfants m’ont donné dans la journée.
  • Une fois rentrée à la maison je tombe comme une loque.

Petite nouvelle que j’étais dans le domaine de l’animation j’avais énormément d’appréhensions mais je me suis très vite intégrée, et me suis faite à l’organisation. Je suis ravie de voir les enfants et leurs bouilles tous les jours. Ce métier est réellement une bonne expérience pour mon avenir professionnel et j’aurai de quoi dire pendant mes oraux. L’année scolaire est loin d’être finie. Pleins de choses m’attendent.

signature

Publicités

Nos 7 ans d’amour

Quelle belle occasion que notre anniversaire et nos 2555 jours d’amour pour une toute première apparition de l’amoureux sur le blog. 

Car oui aujourd’hui nous fêtons l’amoureux et moi nos 7 ans ensemble. Les jours passent et je me rend compte de la chance que j’ai de l’avoir à mes côtés.

C’est au lycée, en première,  que nous nous sommes rencontrés. Nous étions un couple improbable. Premièrement car Geoffray ne devait pas être dans le même lycée que moi. Ça c’est joué à une option. Deuxièmement, j’étais une première littéraire et lui un première scientifique. Deux mondes complètement opposés. Mais une amie que nous avions en commun nous a présenté l’un à l’autre. Ça a tout de suite accroché entre nous. Depuis on ne s’est jamais quitté. Le temps passe si vite, pourtant je ne vois pas les jours défiler tant c’est simple d’être à ses côtés. C’est même une évidence. J’ai grandis à ces côtés et je me vois vieille auprès de lui. 7 ans après tout qu’est-ce que c’est dans une vie quand on sait qu’on va la vivre ensemble.

Avant d’être mon amoureux il est également mon meilleur ami. Nous avons une grande complicité et nous nous comprenons très facilement. Pas besoin de mots, seul le regard suffit. Pour moi c’est le plus important et c’est sans doute pour cette raison que notre histoire dure. On s’est installé très vite ensemble, tout c’est fait naturellement. Il est toujours à mes côtés, et me suit les yeux fermés dans toutes mes frasques et délires. Ce n’est pas le plus grand des romantiques mais il a pleins de petites attentions qui font que je suis certaine de son amour pour moi. Il m’emmène et vient me chercher au travail lorsque j’ai peur d’y aller seule ou de prendre les transports. Il m’accompagne toujours et me tient la main lorsque je ne vais pas bien. Je ne serai pas ce que je suis aujourd’hui sans lui. Merci à lui d’être mon pilier, mon amant pour la vie. Pleins de belles choses nous attendent encore. A notre amour, à notre avenir à deux.

C’est ça l’amour, quand une simple présence, le simple fait de voir son visage si familier parvient à balayer tous les problèmes, l’espace de quelques instants. Je t’aime Geoffray 

Processed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 preset

Photos : Wendy Jolivotsignature

Vacances sur Evian-les-bains

Coucou, je voulais absolument écrire un article sur mes vacances en Haute-Savoie, sur Evian plus précisement. Je n’ai pas une grande famille, seulement deux sœurs et deux cousins germains, pourtant c’est très compliqué de trouver un moment pour se réunir tous ensemble. Ma petite sœur Maroussia habite près de Marne la Vallée et travaille dans la restauration. Ces horaires font qu’elle part peu en week-end. Elle n’est d’ailleurs jamais venu chez moi sur Lyon. Pour nous voir je passe souvent quelques jours dans son appartement. Mais voilà j’ai une deuxième petite sœur, qui elle habite encore chez mes parents. Je suis la plus chanceuse de nous trois puisque je les vois toutes les deux séparément et régulièrement. Cette année, Maroussia devait récupérer une des voitures de mon père. C’était donc une très bonne occasion pour se retrouver tous les cinq. L’amoureux n’a pas pu venir puisqu’il travaillait. Lyon est tout de même à 2 heures 30 en voiture. Les deux jours de congés auraient été trop courts. J’ai donc réquisitionné mes sœurs pour faire des photos. Je vous avoue que ça été très difficile ! Elles ne touchent jamais d’appareil photo. J’ai pu tout de même récupérer quelques clichés que je trouve beaux.

Mes parents habitent en campagne et ont une vue imprenable sur le lac. C’est paisible et chaleureux. C’est tellement agréable d’entendre les oiseaux chanter rien qu’en ouvrant sa fenêtre, de cueillir des fleurs et fruits dans les champs, et de profiter du soleil qui effleure les arbres. On se retrouve. Ô combien j’ai gambadé dans ces vastes espaces verts lorsque j’étais plus jeune. Pourtant je vous disais dans cet article que j’avais fini par me lasser de la campagne, de ce silence. Aujourd’hui c’est un réel plaisir de me perdre dans les sentiers qui s’entremêlent aux ruisseaux. Et rien de mieux que de porter une petite robe légère babydoll que j’ai déniché sur asos. J’adore son motif vichy, super tendance cet été.

Que faire sur Evian-les-bains pendant les vacances ? 

Evian c’est également le lac, cette vue magnifique sur la Suisse et ses montagnes. C’est une station balnéaire je vous dis ! Il est possible de faire de belles balades sur les quais. Ils sont très jolis et bien aménagés pour se balader comme pour se baigner. J’ai d’ailleurs fait un saut dans le lac un soir. Bon c’est vrai j’ai galéré à rentrer mais c’est parce que je suis hyper frileuse. Les vélos et rollers sont les bienvenus. Vous pouvez également admirer les différents bâtiments historiques comme le Palais lumière, l’hôtel de ville, ou même le Casino. Les rues piétonnes sont super sympas et regorgent de petites boutiques. Et puis pourquoi pas s’arrêter prendre une glace au Glacier du Léman. C’est un rendez-vous incontournable ! Plus bas, près du lac il y a énormément d’activités aquatiques. Evian propose pleins de nouvelles choses comme faire du paddle, de la voile, faire un tour sur La Savoieenfin tout ce qui va sur l’eau quoi ! Puis après pour se remettre de ses exploits sportifs on file aux thermes, c’est pas génial ?

Je ne pourrai plus y vivre car le chablais est un endroit calme, trop pour moi. J’aime tout de même flâner dans les magasins. Mais pour les vacances c’est vraiment un endroit que j’apprécie de plus en plus. J’espère que vous aurez l’occasion d’y aller un jour et que vous penserez à moi. Je vous laisse avec quelques photos que j’ai pu faire pendant mon séjour.

DSC_7277DSC_7204DSC_7289

DSC_7353DSC_7343DSC_7304DSC_7384DSC_7378DSC_7400

Des bisous et à très vite pour un futur article.

signature

24 bougies

Hé oui c’est bel et bien mon anniversaire aujourd’hui. Je rajoute une bougie de plus à mon palmarès ! Je ne sais pas si je suis heureuse ou non. Je vois les 25 ans arriver très vite et ça me stresse un chouïa. Mais j’aime bien le chiffre 24, c’est un nombre pair. Mes deux derniers anniversaires étaient passés presque inaperçus. Ils étaient banals et je n’avais pas pu les fêter. A ce moment là, pour chaque 10 août je travaillais en restauration. Finissant très tard, une fois rentrée je filais me coucher fissa ! Pour mes 22 ans j’ai également eu une « surprise » qui m’a pourrie l’année. Je ne m’étalerai pas sur le sujet car c’est un sujet tabou et personnel. Cette année je compte marquer le coup, en tout cas d’en profiter. C’est vrai que le temps défile à toute vitesse. J’entend déjà mon père me dire « profite de tes années de jeunesse, car ça passe très vite ». Mais rien ne sert de se renfrogner car de toute façon que je le veuille ou non je vais prendre une année de plus. Du coup, le chéri et moi seront en tête à tête et c’est tout ce qu’il me faut. Je veux quelque chose de simple entourée de la personne qui m’est chère. Je pars ensuite quelques jours dans ma famille et ça fait bien longtemps que je n’ai pas partagé un anniversaire avec eux. Nous serons réunis tous les cinq.

Je suis d’accord qu’il faut profiter de sa jeunesse. Pourtant je n’ai jamais été ce genre de fille à sortir, à faire la fête comme une folle. J’aime rester chez moi accompagnée de l’amoureux et d’un bon plaid – et du bon chocolat chaud en hiver. C’est vrai que cela peut paraître bizarre pour certaines personnes. J’ai en réalité déjà un comportement de mamie aha ! Finalement j’ai dû aller à tout casser 3-4 fois en boîte -oupsi. Pourtant on m’a toujours dit que je faisais plus jeune, et ça depuis toute petite – je dois avoir un bon capital génétique. On ne m’a jamais donné mon âge exacte. Je serai d’ailleurs très curieuse de savoir quel âge vous croyiez que j’allais avoir aujourd’hui. Je suis le genre de personne à qui on demande si je passe le bac, on donne mon verre alcoolisé à mon amoureux qui fait trois têtes de plus que moi – et j’ai un an de PLUS BORDEL, et forcément à qui on demande sa carte d’identité. Cela ne tient pas forcément de ma taille, de mon visage mais sans doute de mon comportement. Je sais être sérieuse évidemment hein mais j’aime faire la fofolle. J’aime garder une part d’enfance en moi. Notamment il y a des tsum, des funko pop par ci par là dans l’appartement. Ces touches de magies, de féeries font parties de moi et c’est ce qui me caractérise. Rien ne sert de vouloir grandir trop vite mais il faut accepter qu’on prenne une année de plus. 

DSC_6501

DSC_6379-2DSC_6506

Bisouille ♥️

signature

 

Je suis un mouton, et alors ?

J’ai toujours eu les cheveux bouclés. Ma maman aime me dire que je suis née avec une seule bouclette sur le crâne. D’après ma famille, je tiens mes cheveux de mon père, pourtant je suis actuellement la seule de ma famille à être bouclée. Mes deux sœurs ont les cheveux lisses. Je les ai toujours enviées. Lire la suite de « Je suis un mouton, et alors ? »