« Revelio » jupe verte sapin et chemise bûcheron

Puisque ma lettre a été perdue, j’ai décidé d’apprendre la magie par mes propres moyens : autodidacte bonjour !

Cette semaine mon beau-frère nous a rendu visite et il nous a énormément gâté lors de son passage. J’ai eu l’agréable surprise de me faire offrir la baguette de Harry Potter. J’adorai vous dire que j’ai eu la même sensation que dans le film lorsque je l’ai eue mais mes cheveux ne se sont pas envolés et il n’y a pas eu de lumière. Toutefois, la prise en main est très agréable. Son poids nous donne l’impression d’en avoir une vraie au bout des doigts. Je me suis donc amusée à lancer des sorts pendant notre balade – pauvre Geoffray. Le tome 7 Les reliques de la Mort m’accompagne également. C’est l’un de mes préférés. Pour ce qui est de la tenue, j’ai décidé de porter ma toute nouvelle jupe verte sapin. Je n’avais pas porté de jupe longue depuis cet été, et ça m’avait bien manqué. Le vert et moi ce n’est pas forcément une évidence. Cette couleur est d’ailleurs sous représentée dans ma garde robe. Mais je me surprends à l’aimer de plus en plus surtout avec Noël qui approche. La jupe est cintrée et taille haute, parfaite pour ma silhouette. Je l’ai associée à une chemisetype bucheron comme me dirait mon beau-frère, et des derbies pour me la jouer écolière puisque je souhaite intégrer la prestigieuse école Poudlard. Dans mes cheveux je porte une broche croissant de lune, envoyée par le site Néejolie. Je l’aime beaucoup mais elle ne tient pas facilement dans mes cheveux fins. Son poids est léger, je ne la sens donc pas.

Assez parlé je vous laisse avec les photos magiques.

Chemise : Pull&Bear / Jupe : Bershka  / Chaussures : Zalando  / Bijoux : Néejolie

« Je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises »

signature

Publicités

Pantalon paperbag et joli béret gris

Cette semaine c’était Noël avant l’heure ! Le chéri et moi avons acquis un tout nouvel objectif. 

Hé oui vous avez bien lu ! Ca faisait déjà un bon bout de temps que je voulais un nouvel objectif. Bien que mes précédentes photos soient sympas, je n’étais pas pleinement satisfaite. Il n’y avait pas le fameux bokeh qui met tant en valeur le portrait. On était parfois restreint sur nos lieux de shooting car il y avait toujours un élément qui nous gâchait la photo. C’est maintenant terminé, le flou rend la photo harmonieuse. Après avoir maintes et maintes fois parlé de cette envie, le chéri m’a annoncé qu’il aimerait également avoir un 50mm en sa possession. Ni une ni deux j’ai sauté sur l’occasion. Il fallait l’essayer au plus vite, et c’est donc au parc de la tête d’or qu’on a été – je sais c’est notre deuxième maison.

Passons à la tenue. Si vous me suivez sur instagram vous avez déjà eu l’occasion d’apercevoir mon béret gris. Je ne pensais pas un jour pouvoir porter ce genre de couvre-chef. Clairement je l’associais aux papis, ou au cliché bien français. Mais si ! Vous savez ce vieux monsieur qui porte une marinière et qui marche dans la rue avec sa baguette sous le bras. Je n’étais pas convaincue, mais à force d’en voir un peu partout j’ai finis par succomber. Aucun regret,ça se porte avec tout ! Il se suffit à lui-même. Je vais même m’en prendre de différentes couleurs tant je l’aime celui-ci. Je vous présente aussi mon pantalon paperbag, fluide et tellement agréable à porter. Il donne autant un air décontracté que habillé et souligne très bien ma silhouette. Pour ce qui est du haut c’est un pull léger basique. Il tient chaud comme il faut. Mes compensés sont des chaussures que j’ai dans mon placard depuis le lycée. Elles n’ont pris aucune rides aha. Pour ce qui est des bijoux, je porte une bague envoyée par le site Neejolie. Je l’aime beaucoup malgré le fait que je n’ai pas pour habitude d’avoir des bagues aussi grandes.

Béret : Asos / Pantalon : Pull&Bear / Haut : H&M / Chaussures : ancienne co / Bague : Néejolie

87AE616B-2C9A-471D-8031-8D506ADBB2EC161E475D-7823-478E-97A4-65ABBB7E18641A653794-0DAC-4E19-9419-7985C00C9CFF461339EC-CA82-488C-8DE2-4E08D6D5126A17BBAECF-9EC4-4205-A80A-DCEADB727EA76194D3AA-1473-4E1F-BA22-30557ED486759BEF11DD-EC56-48B7-B33D-65DCF30DD7945A79A871-B2AB-414F-B7EA-151312AE650D49071726-1D3E-48BD-8576-9528D8A8A31B13E80221-9212-44DB-A186-D7A472C37747Des bisous et à très vite !

signature

Je suis animatrice périscolaire

Depuis la rentrée au mois de septembre je suis animatrice périscolaire dans une école élémentaire. En avril dernier j’ai échoué au concours de professeur des écoles. Mon master étant presque finit, je me retrouvais dans l’impasse. Il fallait que je me trouve une roue de secours.

Quesako ?

Le périscolaire est un service proposé aux familles en lien avec l’école. C’est un temps où l’enfant est à l’école ou dans un centre, en dehors des cours obligatoires : accueil du matin et du soir, déjeuner, ateliers distractifs ou culturels du temps de midi. Il est mit en place par les communes. Lyon en fait donc partie. En ce qui me concerne je travaille avec des enfants de CP au CM2, pendant les pauses méridiennes et le vendredi toute la journée. Il peut m’arriver de travailler au centre social et culturel pendant les vacances.

L’animateur périscolaire met en place des activités, des animations de toutes sortes. Elles peuvent être ludiques, artistiques, sportives, manuelles… On est en lien direct avec les parents et les enseignants pour qu’il y’ait une continuité dans les apprentissages des enfants.

Comment ?

Il faut avoir le  BAFABrevet d’aptitude aux fonctions d’animateur. Pourtant moi-même je n’ai pas ce diplôme. Vous vous demandez donc comment j’ai pu en arriver là. J’ai en effet postulé via Pôle emploi cet été. Je cherchais un job à temps partiel pour que je puisse aller à mes cours et surtout réviser à côté. Je voulais également rester dans mon domaine : les enfants, la pédagogie. N’étant pas certaine que mon master MEEF – formation pour devenir professeur des écoles soit reconnu comme un équivalent du BAFA, j’ai mis en avant mon expérience avec les enfants, mes différents stages effectués durant mes études dans ma lettre de motivation et cv. Cela m’a également beaucoup servi lors de l’entretien.

Un journée type

Je commence le travail un peu avant que les enfants soient en pause du midi. L’équipe se réunit pour parler de l’organisation. Tous les coins de la cour doivent être occupés par un animateur. Nos yeux sont partout car nous veillons à la sécurité et au bien-être de tous les enfants. Chaque animateur a en charge une classe à aller chercher. Nous montons dans notre classe et faisons l’appel de la cantine. Une fois les élèves récupérés, nous descendons tous ensemble dans la cour. Les animations, les jeux peuvent commencer. Le vendredi, je travaille jusqu’à 18 heures. Nous proposons aux élèves de s’inscrire dans différentes activités, pensées au préalable, comme par exemple la cuisine ou bientôt du théâtre.

composition-coloree-des-materiaux-scolaires_23-2147650797

Designed by Freepik

Des anecdotes (Périscolaire et centre compris)
  • Les enfants sont sans filtre. Si tu as quelque chose sur le visage, ou un habit original selon eux, ils te le diront sans ménagement : « Mais Flaviane pourquoi tu as mis un rideau ?« 
  • Les enfants aiment connaître toute ta vie. Ils sont d’ailleurs de très bons enquêteurs : « est-ce que tu as un mari ? Est-ce que tu as des enfants ?« . « Oh mais tu as instagram ! » m’a dit un enfant après avoir aperçu une notification sur l’écran de mon portable…
  • Ils veulent même te caser avec tous les autres animateurs :  » – Ton chéri c’est lui ! -Comment ça ? – Je l’ai fait à la plouf.« 
  • Un enfant ça parle énormément. Si tu écoutes une histoire tu es partie pour un bon moment et parfois tu aurais préféré ne rien savoir : « Hier matin papa et maman se battaient dans le lit« . « A la maison j’ai un chien, deux chats, un poney, un poisson rouge, des poules… » et la liste est encore longue.
  • Préparez les mouchoirs. Les microbes sont vos pires ennemis.
  • J’ai appris à défaire et remettre une couche. Je n’avais jamais fait ça de ma vie.
  • Il faut absolument connaître l’endroit où est posé la trousse de secours. Les bobos sont monnaie courante.
  • Lorsque j’aurai moi-même des enfants je ferai attention aux vêtements car ils les quittent à un moment donné et les posent n’importe où. « A la recherche des vêtements perdus« .
  • Tu as tellement de prénoms dans la tête qu’il t’arrive de ne plus savoir. « Quentin. Quentin ! Quentiiiiiiin !!! »  » AH tu ne  t’appelles pas Quentin ?! ». Parfois tu as même dans ton groupe plusieurs enfants qui ont le même prénom.
  • Il y a toujours CET enfant tactile, même un peu trop.
  • Tu connais par coeur les noms étranges des jeux collectifs : dragon puant, tomate ketchup.
  • J’ai eu « la chance » de surveiller la couchette des petits. J’ai mit une berceuse. J’ai falli m’endormir avec eux.
  • J’ai une boite à trésors à la maison. C’est tout ce que les enfants m’ont donné dans la journée.
  • Une fois rentrée à la maison je tombe comme une loque.

Petite nouvelle que j’étais dans le domaine de l’animation j’avais énormément d’appréhensions mais je me suis très vite intégrée, et me suis faite à l’organisation. Je suis ravie de voir les enfants et leurs bouilles tous les jours. Ce métier est réellement une bonne expérience pour mon avenir professionnel et j’aurai de quoi dire pendant mes oraux. L’année scolaire est loin d’être finie. Pleins de choses m’attendent.

signature