« Revelio » jupe verte sapin et chemise bûcheron

Puisque ma lettre a été perdue, j’ai décidé d’apprendre la magie par mes propres moyens : autodidacte bonjour !

Cette semaine mon beau-frère nous a rendu visite et il nous a énormément gâté lors de son passage. J’ai eu l’agréable surprise de me faire offrir la baguette de Harry Potter. J’adorai vous dire que j’ai eu la même sensation que dans le film lorsque je l’ai eue mais mes cheveux ne se sont pas envolés et il n’y a pas eu de lumière. Toutefois, la prise en main est très agréable. Son poids nous donne l’impression d’en avoir une vraie au bout des doigts. Je me suis donc amusée à lancer des sorts pendant notre balade – pauvre Geoffray. Le tome 7 Les reliques de la Mort m’accompagne également. C’est l’un de mes préférés. Pour ce qui est de la tenue, j’ai décidé de porter ma toute nouvelle jupe verte sapin. Je n’avais pas porté de jupe longue depuis cet été, et ça m’avait bien manqué. Le vert et moi ce n’est pas forcément une évidence. Cette couleur est d’ailleurs sous représentée dans ma garde robe. Mais je me surprends à l’aimer de plus en plus surtout avec Noël qui approche. La jupe est cintrée et taille haute, parfaite pour ma silhouette. Je l’ai associée à une chemisetype bucheron comme me dirait mon beau-frère, et des derbies pour me la jouer écolière puisque je souhaite intégrer la prestigieuse école Poudlard. Dans mes cheveux je porte une broche croissant de lune, envoyée par le site Néejolie. Je l’aime beaucoup mais elle ne tient pas facilement dans mes cheveux fins. Son poids est léger, je ne la sens donc pas.

Assez parlé je vous laisse avec les photos magiques.

Chemise : Pull&Bear / Jupe : Bershka  / Chaussures : Zalando  / Bijoux : Néejolie

« Je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises »

signature

Publicités

Pantalon paperbag et joli béret gris

Cette semaine c’était Noël avant l’heure ! Le chéri et moi avons acquis un tout nouvel objectif. 

Hé oui vous avez bien lu ! Ca faisait déjà un bon bout de temps que je voulais un nouvel objectif. Bien que mes précédentes photos soient sympas, je n’étais pas pleinement satisfaite. Il n’y avait pas le fameux bokeh qui met tant en valeur le portrait. On était parfois restreint sur nos lieux de shooting car il y avait toujours un élément qui nous gâchait la photo. C’est maintenant terminé, le flou rend la photo harmonieuse. Après avoir maintes et maintes fois parlé de cette envie, le chéri m’a annoncé qu’il aimerait également avoir un 50mm en sa possession. Ni une ni deux j’ai sauté sur l’occasion. Il fallait l’essayer au plus vite, et c’est donc au parc de la tête d’or qu’on a été – je sais c’est notre deuxième maison.

Passons à la tenue. Si vous me suivez sur instagram vous avez déjà eu l’occasion d’apercevoir mon béret gris. Je ne pensais pas un jour pouvoir porter ce genre de couvre-chef. Clairement je l’associais aux papis, ou au cliché bien français. Mais si ! Vous savez ce vieux monsieur qui porte une marinière et qui marche dans la rue avec sa baguette sous le bras. Je n’étais pas convaincue, mais à force d’en voir un peu partout j’ai finis par succomber. Aucun regret,ça se porte avec tout ! Il se suffit à lui-même. Je vais même m’en prendre de différentes couleurs tant je l’aime celui-ci. Je vous présente aussi mon pantalon paperbag, fluide et tellement agréable à porter. Il donne autant un air décontracté que habillé et souligne très bien ma silhouette. Pour ce qui est du haut c’est un pull léger basique. Il tient chaud comme il faut. Mes compensés sont des chaussures que j’ai dans mon placard depuis le lycée. Elles n’ont pris aucune rides aha. Pour ce qui est des bijoux, je porte une bague envoyée par le site Neejolie. Je l’aime beaucoup malgré le fait que je n’ai pas pour habitude d’avoir des bagues aussi grandes.

Béret : Asos / Pantalon : Pull&Bear / Haut : H&M / Chaussures : ancienne co / Bague : Néejolie

87AE616B-2C9A-471D-8031-8D506ADBB2EC161E475D-7823-478E-97A4-65ABBB7E18641A653794-0DAC-4E19-9419-7985C00C9CFF461339EC-CA82-488C-8DE2-4E08D6D5126A17BBAECF-9EC4-4205-A80A-DCEADB727EA76194D3AA-1473-4E1F-BA22-30557ED486759BEF11DD-EC56-48B7-B33D-65DCF30DD7945A79A871-B2AB-414F-B7EA-151312AE650D49071726-1D3E-48BD-8576-9528D8A8A31B13E80221-9212-44DB-A186-D7A472C37747Des bisous et à très vite !

signature

Je suis animatrice périscolaire

Depuis la rentrée au mois de septembre je suis animatrice périscolaire dans une école élémentaire. En avril dernier j’ai échoué au concours de professeur des écoles. Mon master étant presque finit, je me retrouvais dans l’impasse. Il fallait que je me trouve une roue de secours.

Quesako ?

Le périscolaire est un service proposé aux familles en lien avec l’école. C’est un temps où l’enfant est à l’école ou dans un centre, en dehors des cours obligatoires : accueil du matin et du soir, déjeuner, ateliers distractifs ou culturels du temps de midi. Il est mit en place par les communes. Lyon en fait donc partie. En ce qui me concerne je travaille avec des enfants de CP au CM2, pendant les pauses méridiennes et le vendredi toute la journée. Il peut m’arriver de travailler au centre social et culturel pendant les vacances.

L’animateur périscolaire met en place des activités, des animations de toutes sortes. Elles peuvent être ludiques, artistiques, sportives, manuelles… On est en lien direct avec les parents et les enseignants pour qu’il y’ait une continuité dans les apprentissages des enfants.

Comment ?

Il faut avoir le  BAFABrevet d’aptitude aux fonctions d’animateur. Pourtant moi-même je n’ai pas ce diplôme. Vous vous demandez donc comment j’ai pu en arriver là. J’ai en effet postulé via Pôle emploi cet été. Je cherchais un job à temps partiel pour que je puisse aller à mes cours et surtout réviser à côté. Je voulais également rester dans mon domaine : les enfants, la pédagogie. N’étant pas certaine que mon master MEEF – formation pour devenir professeur des écoles soit reconnu comme un équivalent du BAFA, j’ai mis en avant mon expérience avec les enfants, mes différents stages effectués durant mes études dans ma lettre de motivation et cv. Cela m’a également beaucoup servi lors de l’entretien.

Un journée type

Je commence le travail un peu avant que les enfants soient en pause du midi. L’équipe se réunit pour parler de l’organisation. Tous les coins de la cour doivent être occupés par un animateur. Nos yeux sont partout car nous veillons à la sécurité et au bien-être de tous les enfants. Chaque animateur a en charge une classe à aller chercher. Nous montons dans notre classe et faisons l’appel de la cantine. Une fois les élèves récupérés, nous descendons tous ensemble dans la cour. Les animations, les jeux peuvent commencer. Le vendredi, je travaille jusqu’à 18 heures. Nous proposons aux élèves de s’inscrire dans différentes activités, pensées au préalable, comme par exemple la cuisine ou bientôt du théâtre.

composition-coloree-des-materiaux-scolaires_23-2147650797

Designed by Freepik

Des anecdotes (Périscolaire et centre compris)
  • Les enfants sont sans filtre. Si tu as quelque chose sur le visage, ou un habit original selon eux, ils te le diront sans ménagement : « Mais Flaviane pourquoi tu as mis un rideau ?« 
  • Les enfants aiment connaître toute ta vie. Ils sont d’ailleurs de très bons enquêteurs : « est-ce que tu as un mari ? Est-ce que tu as des enfants ?« . « Oh mais tu as instagram ! » m’a dit un enfant après avoir aperçu une notification sur l’écran de mon portable…
  • Ils veulent même te caser avec tous les autres animateurs :  » – Ton chéri c’est lui ! -Comment ça ? – Je l’ai fait à la plouf.« 
  • Un enfant ça parle énormément. Si tu écoutes une histoire tu es partie pour un bon moment et parfois tu aurais préféré ne rien savoir : « Hier matin papa et maman se battaient dans le lit« . « A la maison j’ai un chien, deux chats, un poney, un poisson rouge, des poules… » et la liste est encore longue.
  • Préparez les mouchoirs. Les microbes sont vos pires ennemis.
  • J’ai appris à défaire et remettre une couche. Je n’avais jamais fait ça de ma vie.
  • Il faut absolument connaître l’endroit où est posé la trousse de secours. Les bobos sont monnaie courante.
  • Lorsque j’aurai moi-même des enfants je ferai attention aux vêtements car ils les quittent à un moment donné et les posent n’importe où. « A la recherche des vêtements perdus« .
  • Tu as tellement de prénoms dans la tête qu’il t’arrive de ne plus savoir. « Quentin. Quentin ! Quentiiiiiiin !!! »  » AH tu ne  t’appelles pas Quentin ?! ». Parfois tu as même dans ton groupe plusieurs enfants qui ont le même prénom.
  • Il y a toujours CET enfant tactile, même un peu trop.
  • Tu connais par coeur les noms étranges des jeux collectifs : dragon puant, tomate ketchup.
  • J’ai eu « la chance » de surveiller la couchette des petits. J’ai mit une berceuse. J’ai falli m’endormir avec eux.
  • J’ai une boite à trésors à la maison. C’est tout ce que les enfants m’ont donné dans la journée.
  • Une fois rentrée à la maison je tombe comme une loque.

Petite nouvelle que j’étais dans le domaine de l’animation j’avais énormément d’appréhensions mais je me suis très vite intégrée, et me suis faite à l’organisation. Je suis ravie de voir les enfants et leurs bouilles tous les jours. Ce métier est réellement une bonne expérience pour mon avenir professionnel et j’aurai de quoi dire pendant mes oraux. L’année scolaire est loin d’être finie. Pleins de choses m’attendent.

signature

Nos 7 ans d’amour

Quelle belle occasion que notre anniversaire et nos 2555 jours d’amour pour une toute première apparition de l’amoureux sur le blog. 

Car oui aujourd’hui nous fêtons l’amoureux et moi nos 7 ans ensemble. Les jours passent et je me rend compte de la chance que j’ai de l’avoir à mes côtés.

C’est au lycée, en première,  que nous nous sommes rencontrés. Nous étions un couple improbable. Premièrement car Geoffray ne devait pas être dans le même lycée que moi. Ça c’est joué à une option. Deuxièmement, j’étais une première littéraire et lui un première scientifique. Deux mondes complètement opposés. Mais une amie que nous avions en commun nous a présenté l’un à l’autre. Ça a tout de suite accroché entre nous. Depuis on ne s’est jamais quitté. Le temps passe si vite, pourtant je ne vois pas les jours défiler tant c’est simple d’être à ses côtés. C’est même une évidence. J’ai grandis à ces côtés et je me vois vieille auprès de lui. 7 ans après tout qu’est-ce que c’est dans une vie quand on sait qu’on va la vivre ensemble.

Avant d’être mon amoureux il est également mon meilleur ami. Nous avons une grande complicité et nous nous comprenons très facilement. Pas besoin de mots, seul le regard suffit. Pour moi c’est le plus important et c’est sans doute pour cette raison que notre histoire dure. On s’est installé très vite ensemble, tout c’est fait naturellement. Il est toujours à mes côtés, et me suit les yeux fermés dans toutes mes frasques et délires. Ce n’est pas le plus grand des romantiques mais il a pleins de petites attentions qui font que je suis certaine de son amour pour moi. Il m’emmène et vient me chercher au travail lorsque j’ai peur d’y aller seule ou de prendre les transports. Il m’accompagne toujours et me tient la main lorsque je ne vais pas bien. Je ne serai pas ce que je suis aujourd’hui sans lui. Merci à lui d’être mon pilier, mon amant pour la vie. Pleins de belles choses nous attendent encore. A notre amour, à notre avenir à deux.

C’est ça l’amour, quand une simple présence, le simple fait de voir son visage si familier parvient à balayer tous les problèmes, l’espace de quelques instants. Je t’aime Geoffray 

Processed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 preset

Photos : Wendy Jolivotsignature

L’automne s’installe

Les arbres se parent de jaune et orange, les feuilles s’amassent au sol. Je confirme c’est bien l’automne qui est installé. 

Je n’ai qu’une envie en cette période c’est de me balader en forêt ou au parc au milieu de toutes ces belles couleurs chatoyantes. Ou encore de me prélasser à la maison avec une boisson chaude et un plaid très confortable. C’est pour ça que j’aime autant cette saison. Sur Lyon nous avons même eu de très belles journées ensoleillées et accompagnées d’une température agréable. J’ai pu porter cette jolie blouse aux manches pagodes. Elle parait simple mais elle a un très joli dos en V. Le seul défaut que je peux lui trouver c’est qu’une manche à tendance à glisser sur mon épaule. Je porte ce top avec une jupe en velours côtelé. Lorsque j’étais plus jeune j’en avais une quasi pareille. Je n’aimais pas du tout. Pourtant tous les ans le velours fait son retour dans les collections automne/hiver, même cette année ! Ça a pleins d’avantages comme tenir chaud, et apporter de la texture à une tenue. Petite anecdote : Le jour où je l’ai achetée ma petite sœur était présente. Elle était persuadée que les poches étaient l’arrière de la jupe. C’est pour moi une touche originale que j’apprécie, pratique pour ranger son portable et garder un œil dessus. On en vient aux accessoires maintenant. Le chapeau me vient de la collection pimkie de l’année dernière. Il est indémodable – même en automne j’ai une tête à chapeau. Vous n’avez pas pu louper la tendance des bottines cloutées. Ca apporte un petit côté rock à ma tenue. Les détails sont vraiment superbes. Elles sont de très bonne qualité et ultra confort. J’espère que ce look vous plaira, ça été un plaisir à shooter dans ce décor automnal.

Blouse : Boohoo / Jupe : Bizzbee / Chaussures : Zohoha / Chapeau similaire

DSC_0425-2DSC_0239-2DSC_0224-2DSC_0257-2DSC_0440-2DSC_0340-2DSC_0431-2DSC_0236-2DSC_0227-2DSC_0269-2DSC_0214-2DSC_0248-2

A très vite pour un prochain article qui sera cette fois-ci très très spécial. Je vous en dirai plus bientôt !

signature

 

Je suis atteinte de stress chronique

Pour les personnes qui me connaissent, elles savent toutes que je suis une fille nerveuse, mais alors très nerveuse. 

Un rien peut me stresser. Dès qu’il y a une situation nouvelle, un problème que je juge insurmontable, je ne vais pas être bien et commencer à paniquer.

DSC_6315

Symptômes 

Mon stress peut se voir assez facilement sur moi. Certaines personnes mangent leurs ongles, moi je m’attaque tout simplement et sans aucune culpabilité à ma peau qui se trouve sur mes doigts. J’ai un peu honte d’en parler parce que ce n’est vraiment pas flatteur et que clairement ça fait flipper – oui je me mange … Je le fais depuis des années, depuis que je suis toute petite, mais avec l’âge ça a pris des proportions énormes. Dès qu’il va avoir quelque chose qui va perturber mon bien-être je vais me mutilerdésolée le mot est fort mais ça y ressemble car c’est parfois à sang. Je fais également des crises de panique lorsque mon stress est trop grand et que je n’arrive tout simplement plus à le contrôler. Mon cœur bat vite, j’ai des crampes dans les mains, ma gorge qui se serre, et je pleure évidemment. Bref, que des réjouissances. Pour finir je fais souvent des malaises. Il n’y a pas longtemps, juste avant les vacances d’été j’ai eu un oral à la fac. C’était un oral stupide et je n’avais aucune raison de paniquer puisque nous étions deux à parler. Pourtant je suis arrivée au tableau chancelante. Au bout de quelques phrases j’ai eu des fourmis dans les yeux. Une minute plus tard je me suis retrouvée au sol, inconsciente. Voilà voilà ! C’est assez compliqué à gérer surtout quand je suis amenée à parler devant des enfants et des parents –dois-je rappeler que je veux devenir professeur des écoles ? Pourtant je n’aime pas avoir l’attention sur moi. J’arrive également à psychoter avant de voir un film pour la première fois au cinéma. Je me pose mille questions sur l’intrigue. Je me demande si je vais avoir peur ou non. AH oui parce que je suis ultra froussarde en plus ! Forcément qui dit stress permanent dit manque de sommeil. Je ne sais clairement pas éteindre mon cerveau pour m’endormir sereinement. Du côté relationnel ça peut être vite invivable pour mon chéri qui vit avec moi depuis maintenant cinq ans. Il est parfois mon défouloir émotionnel.

Les sources de stress
  • L’inconnu, l’imprévu

J’aime être organisée et avoir ma petite routine de tous les jours. Je fais tout pour rester dans ma zone de confort. Je suis incapable de répondre à un numéro qui n’est pas dans mes contacts. Mais j’ai aussi beaucoup de mal à rappeler les gens, même ceux que je connais. Il est très rare que je me rende dans un lieu que je ne connais pas seule. Je suis accompagnée à chaque fois – Merci Geoffray ! Dès que je sors de mon cadre habituel tel qu’un événement, un rendez-vous important ou non je me pose pleins de questions. Si je connais la date en avance, je vais commencer à paniquer quelques jours avant au point de ne plus dormir et bien me nourrir. J’ai peur que l’on me juge, que je ne sache pas agir correctement. Je veux faire les choses bien. Malgré mes différents tatouages, mon stress est toujours aussi grand à chaque rendez-vous. Une fois installée je relâche toute la pression et finit par m’évanouir devant tout le monde – désolée les tatoueurs qui ont subi ça, je sais à quel point vous vous êtes inquiétés. 

  • Stress de parler devant des gens

J’anticipe à chaque fois. Je ne peux pas m’empêcher d’imaginer l’instant, le scénario. Le regard des gens braqué sur moi me donne le mal de cœur. Il n’y a pas de raison particulière. Une fois devant mes jambes tremblent, ma peau pâlit.

  • Stress de l’accumulation de travail

La procrastination  très peu pour moi quand il s’agit des études. Quand mes professeurs nous donnent des devoirs je dois les faire dans l’immédiat. Malheureusement souvent ils se donnent le mot pour qu’on ait pleins de dossiers sur les bras à rendre à la même période. La sensation d’être envahie me gagne donc instantanément pour ne plus me quitter. Depuis que je suis présente sur instagram et le blog, j’ai aussi le stress de la publication. Il m’arrive d’avoir peur de ne plus avoir d’inspirations et de ne plus satisfaire mes abonné(e)s. Le soir dans mon lit je ressasse mes angoisses.

  • Stress de la conduite

J’ai le permis depuis mes 19 ans. Mes parents m’ont toujours poussé à le passer pour que j’en sois débarrassée. Depuis que je l’ai il est très très rare de me voir au volant d’une voiture. C’est vraiment en cas de réelle nécessité – donc à mes yeux jamais. J’ai peur des autres conducteurs, de caler, de ne pas savoir comment réagir à une situation dangereuse, de ne pas réussir à me garer, de mourir même.

Relaxation, remédiations

Je sais que je vais stresser toute ma vie. Je suis comme ça. Pourtant j’essaye au maximum de me contrôler, de réduire cette boule à l’estomac.

  • Être organisée au maximum. Je prévois à l’avance toutes les situations qui peuvent me mettre mal à l’aise et m’amener à angoisser. Je réfléchis à comment je peux les surmonter. Je prend du recul et en parle à ceux qui m’entourent.
  • Prendre du temps pour moi, pour me détendre. J’aime tout de même passer du temps avec mes amis.Je reste en général très souriante.
  • Penser positivement ! Je ne vais pas en mourir, tout va bien ! Tout sera vite finit.
  • Apprendre à respirer. Nous avons eu des cours à l’espe et je les met à profit aussi souvent que je peux.
  • Note à moi-même : FAIRE DU SPORT !!! Ça détend et vide l’esprit. Je dois me mettre au Yoga.
  • La lecture. J’ai fait une licence de lettres modernes. Cela permet de changer d’univers et de s’extraire de ses soucis quotidiens. Après tout même les héros en ont.
  • Le théâtre. Là vous vous dites heu ok, elle n’aime pas prendre la parole et avoir l’attention focalisée sur elle. Lorsque j’en faisais je stressais peu voir pas du tout étrangement. Je ne suis pas moi à ce moment. Je joue un personnage. Les lumières dissimulent les visages. C’est comme un cocon. Et on n’est pas seul. Une équipe nous soutient et vit la même chose.

 

J’ai encore énormément de travail sur moi à faire. J’ai conscience que ce stress chronique est lié à un gros manque de confiance en moi. Il faut que j’apprenne à prendre sur moi et à prendre plus de risques pour être par la suite fière de moi, de ce que j’ai accompli. Au lieu de tout garder pour moi j’en parle à mon entourage et à l’amoureux. J’écoute les conseils.

Et vous avez-vous déjà été atteint(e)s de stress chronique, permanent ? 

signature

Mon joli pull rouge et bottines chelsea

Bonjour ! La rentrée a bel et bien repris pourtant je n’ai pas encore commencé mes cours. J’en ai très peu cette année puisque je n’ai que mon mémoire à rédiger pour valider mon master meef. Mais j’ai à côté de ça bien des choses à faire. Je dois reprendre mes révisions hebdomadaires. Je vous avais dis dans mon billet d’humeur #1 que j’avais loupé le concours indispensable pour que je puisse devenir professeur des écoles. J’ai malgré tout fait une rentrée scolaire. En effet j’en ai parlé sur instagram, j’ai intégré une équipe d’animateurs périscolaires. Je travaille donc à temps partiel dans une école élémentaire les temps de midi, et le vendredi après-midi. Je suis très heureuse car je reste dans mon domaine – les enfants. Je vais pouvoir acquérir de l’expérience, pouvoir tester pleins d’activités. C’est au final que du bonus pour mon projet d’avenir et les épreuves du Crpe qui m’attendent.

Bref après ce petit racontage de ma vie passons aux choses sérieuses. Cette année le rouge est LA couleur de l’automne. On en voit partout ! Je n’ai pas résisté à ce pull loose, fendu dans le dos. Il est super agréable à porter. Le jean taille haute est mon chouchou. Je voulais absolument un jean noir troué et j’ai trouvé mon bonheur. C’est tellement pratique pour rentrer et faire blouser ses tops. Niveau accessoires j’ai décidé de porter mon sautoir totem de la talentueuse créatrice rubambelle. C’est une pierre de nuit. Il habille à lui tout seule ma tenue. Quant aux chaussures j’ai décidé de porter des boots chelsea à talons hauts. J’hésite à porter des talons depuis que je me suis déchirée un ligament. Mais celles-ci ont un talon épais et ont une semelle compensée. Je n’ai donc aucune difficulté à marcher avec. Et puisque je veux être une maîtresse d’école, il me fallait absolument un cartable. Il m’a été offert pour mon anniversaire. Il est 100% cuir. Je peux tout y mettre dedans –presque comme Hermione avec son sac aha !

Pull : New look / Jean : New look / Sac : Ateliers fourès / Bottines : Justfab / Bijoux : Rubambelle

DSC_7728

DSC_7776

DSC_7800

DSC_7881

DSC_7941

DSC_7850

DSC_7940

DSC_7774

DSC_7935

DSC_7862

Des bisous ! Et à très vite xoxo !

signature

 

 

 

 

 

 

 

Back to school avec IKKS

Alors que je suis actuellement chez mes parents en Haute-Savoie j’en profite pour vous publier un look en jean-bottines. C’est d’ailleurs mon tout premier en jean. Ça se fête !

Oui le titre ne fait pas rêver mais on ne va pas se leurrer le temps passe vite et les vacances d’été vont bientôt s’achever – olalala de belles rimes. Le mois d’août a eu un temps plutôt étrange, presque automnal. Lorsqu’on est parti shooter ce look avec l’amoureux, il faisait à peine 15 degrés et il y avait un vent bien frais. Bref on a eu la chair de poule et on avait qu’une seule hâte c’était de se réfugier au chaud dans un café –on a fini à Starbucks. L’amoureux était adorable, il a shooter sans broncher une seule fois.

J’ai décidé de vous présenter une tenue que je risque de porter pour cette rentrée. En septembre je repars pour une nouvelle année à la fac et j’aime refaire ma garde robe : Parce que rentrée rime avec nouveaux vêtements. Hé oui je veux repartir de bon pied pour retrouver les bancs de l’école ou du travail. On se sent tellement plus à l’aise et on met toutes les chances de son côté pour bien démarrer l’année. Pour ce jour j’aime être à l’aise donc j’opte pour des pièces simples mais qui vont avec la saison. En septembre toutes les collections automnes sortent et j’ai envie de craquer sur tout tant les couleurs me donnent envie. Je n’ai qu’une hâte c’est de remettre tous mes gilets bordeaux et d’allumer mes bougies à la citrouille.

Cette fois-ci c’est pour une blouse aérée que j’ai opté. Elle date de l’année dernière mais je l’aime tellement que je la porte très souvent. Je la rentre devant dans le pantalon. Le tissu est léger, fluide ce qui est très agréable.  Le kaki se marie très bien avec une couleur unie. J’ai donc accordé cette couleur à mon tout nouveau jean blanc que j’adore ! Quand je l’ai vu en magasin je n’ai pas hésité. Pourtant j’ai toujours peur avec cette couleur car une bêtise est vite arrivée – oui la tâche pendant que tu manges, on l’a tous vécu. N’oubliez pas le rouleau anti-poils surtout si comme moi vous avez un chat de couleur foncée. Ce jean a un détail qui tue ! Je trouve les nœuds tellement adorables et féminins. En ce qui concerne les chaussures je porte des bottines camel. Je ne vis qu’avec des bottines durant cette saison. C’est pour moi un must-have. Celles-ci sont hautes mais pas trop. Elles sont en cuirs et déjà imperméabilisées donc parfaites pour tenir longtemps. Elles sont plutôt fines et ont un bout rond, ce que j’aime tout particulièrement. Je n’ai pas de gros pieds alors je ne veux pas que mes chaussures donnent cette impression. Je porte également deux colliers dont un qui m’a été offert par mon amoureux pour mon anniversaire. Le petit malin a fouiné dans mon portable pour voir quelles boutiques bijoux je suivais sur instagram. Il a réellement bien choisi car je l’ai adopté et je ne le quitte plus. Il a décidé de graver mon prénom en entier. J’ai l’habitude qu’on m’appelle Fla (ou Flaa) pourtant mon prénom est peu commun et je l’aime bien. En tout cas le bijoux est simple, beau et unique alors que demander de plus ?

 

Bottines : ikks / Pantalon : ikks  / Bijoux : bohostones claire’s

Processed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 presetProcessed with VSCO with hb2 preset

J’espère que cet article et ce look vous auront plu. Je vous souhaite une très belle semaine et bon courage pour celles qui ne sont plus en vacances ! Courage Noël va vite arriver – bien sur Flaviane !

Tout pleins de bisous !

signature

24 bougies

Hé oui c’est bel et bien mon anniversaire aujourd’hui. Je rajoute une bougie de plus à mon palmarès ! Je ne sais pas si je suis heureuse ou non. Je vois les 25 ans arriver très vite et ça me stresse un chouïa. Mais j’aime bien le chiffre 24, c’est un nombre pair. Mes deux derniers anniversaires étaient passés presque inaperçus. Ils étaient banals et je n’avais pas pu les fêter. A ce moment là, pour chaque 10 août je travaillais en restauration. Finissant très tard, une fois rentrée je filais me coucher fissa ! Pour mes 22 ans j’ai également eu une « surprise » qui m’a pourrie l’année. Je ne m’étalerai pas sur le sujet car c’est un sujet tabou et personnel. Cette année je compte marquer le coup, en tout cas d’en profiter. C’est vrai que le temps défile à toute vitesse. J’entend déjà mon père me dire « profite de tes années de jeunesse, car ça passe très vite ». Mais rien ne sert de se renfrogner car de toute façon que je le veuille ou non je vais prendre une année de plus. Du coup, le chéri et moi seront en tête à tête et c’est tout ce qu’il me faut. Je veux quelque chose de simple entourée de la personne qui m’est chère. Je pars ensuite quelques jours dans ma famille et ça fait bien longtemps que je n’ai pas partagé un anniversaire avec eux. Nous serons réunis tous les cinq.

Je suis d’accord qu’il faut profiter de sa jeunesse. Pourtant je n’ai jamais été ce genre de fille à sortir, à faire la fête comme une folle. J’aime rester chez moi accompagnée de l’amoureux et d’un bon plaid – et du bon chocolat chaud en hiver. C’est vrai que cela peut paraître bizarre pour certaines personnes. J’ai en réalité déjà un comportement de mamie aha ! Finalement j’ai dû aller à tout casser 3-4 fois en boîte -oupsi. Pourtant on m’a toujours dit que je faisais plus jeune, et ça depuis toute petite – je dois avoir un bon capital génétique. On ne m’a jamais donné mon âge exacte. Je serai d’ailleurs très curieuse de savoir quel âge vous croyiez que j’allais avoir aujourd’hui. Je suis le genre de personne à qui on demande si je passe le bac, on donne mon verre alcoolisé à mon amoureux qui fait trois têtes de plus que moi – et j’ai un an de PLUS BORDEL, et forcément à qui on demande sa carte d’identité. Cela ne tient pas forcément de ma taille, de mon visage mais sans doute de mon comportement. Je sais être sérieuse évidemment hein mais j’aime faire la fofolle. J’aime garder une part d’enfance en moi. Notamment il y a des tsum, des funko pop par ci par là dans l’appartement. Ces touches de magies, de féeries font parties de moi et c’est ce qui me caractérise. Rien ne sert de vouloir grandir trop vite mais il faut accepter qu’on prenne une année de plus. 

DSC_6501

DSC_6379-2DSC_6506

Bisouille ♥️

signature

 

Billet d’humeur #1

Cet article n’était pas du tout prévu, mais j’ai ressenti le besoin de mettre par écrit ce que je ressens actuellement. J’ai donc ouvert une nouvelle catégorie « Cher journal »  pour pouvoir écrire mes humeurs du moment et vous tenir au courant sur ce qui se passe chez moi, dans ma petite tête bouclée. C’est un moyen pour moi de m’y réfugier.

Les grandes études

Depuis l’âge de mes 16 ans je sais ce que je veux faire. Ça été comme une évidence, je veux devenir professeur des écolesinstit’ quoi. Après un bac littéraire je me suis donc lancée dans les grandes études, 5 ans pour être exact, sans vraiment savoir à quoi m’attendre. J’ai donc fait une licence lettres modernes et on ne va pas se le cacher mis à part la grammaire ça n’avait pas grand intérêt pour mon futur métier. C’est ensuite que je suis partie faire un master MEEF, enseignement. Ce master a pour but de nous préparer au mieux au concours, le fameux CRPE. Si besoin je peux vous écrire un article dessus. 

Je suis perdue et un chouïa paniquée

Mais aujourd’hui je ne suis pas là pour vous parler de mon cv et tout le tralala. C’est la première fois de ma vie où je ne sais pas où je vais, je suis incertaine de mon avenir. A chaque rentrée scolaire je ne me pose aucune question, je me contente de suivre mon cursus scolaire. Je fais mes réinscriptions puis basta ! Mais en septembre, je finis mes études et je n’ai pas la certitude d’avoir un travail comme je l’avais espéré, imaginé et même rêvé.  Mon ambition s’est stoppée nette lorsque je n’ai pas été admissible. Le choc a été rude. Je me suis sentie si honteuse, si nulle. Car oui quand on y a mit tout son cœur, tout son temps et que tu échoues c’est très dur de se relever. J’ai eu très envie de baisser les bras. Surtout quand tu sais que ton master sans le concours ne sert à rien. Bien entendu je peux repasser le concours autant de fois que je le souhaite – et j’ai conscience que d’autres n’ont pas cette chance. Mais ça me tue de me dire que j’ai fait 5 ans d’études pour finir sans aucun travail au bout. Je ne me sens pas récompensée. C’est frustrant de savoir ce que l’on veut faire, de voir de si près son but et de ne pas pouvoir l’atteindre. J’ai d’ailleurs déserté facebook et les nombreux groupes sur le sujet. Bien que je suis très heureuse pour celles et ceux qui l’ont eu, j’ai beaucoup de mal à réprimer les larmes qui montent. Je dois m’accrocher à mon rêve, mon ambition.

Remédiations

Oulah le jargon de l’éducation national refait surface ! Alors que vais-je faire en attendant ? Vais-je réussir en 2018 ? Dans tous les cas je compte retenter le concours cette année et m’y investir à fond ! N’ayant plus cours  et donc plus de devoirs à rendre, de leçons à apprendre, je vais avoir beaucoup plus de temps à consacrer à mes apprentissages, notamment en mathématiques. J’ai pour le moment envoyé des dossiers de candidature pour être contractuelle. Cela me permettrai d’acquérir de l’expérience, et évidement d’avoir un salaire. Je n’ai à ce jour aucune réponse… Je croise les doigts mais c’est très dur de ne pas s’apitoyer. Tant de questions qui restent encore sans réponses. J’ai l’impression de naviguer dans l’inconnu. Mais il faut rebondir et surtout se remotiver pour entamer une nouvelle fois le rythme effréné des révisions et se dire que cette fois c’est la bonne. Un jour je serai maîtresse Flaviane !

A présent j’ai également le blog qui me change les idées. Je l’ai d’ailleurs en partie ouvert pour cette raison. Je ne pensais pas que  j’allais prendre autant de plaisir à trouver des idées, les mettre en oeuvre. J’espère avoir pleins de projets à vous partager et m’épanouir dans cette voie.

 

Merci de m’avoir lu ♥️

signature