Je suis atteinte de stress chronique

Pour les personnes qui me connaissent, elles savent toutes que je suis une fille nerveuse, mais alors très nerveuse. 

Un rien peut me stresser. Dès qu’il y a une situation nouvelle, un problème que je juge insurmontable, je ne vais pas être bien et commencer à paniquer.

DSC_6315

Symptômes 

Mon stress peut se voir assez facilement sur moi. Certaines personnes mangent leurs ongles, moi je m’attaque tout simplement et sans aucune culpabilité à ma peau qui se trouve sur mes doigts. J’ai un peu honte d’en parler parce que ce n’est vraiment pas flatteur et que clairement ça fait flipper – oui je me mange … Je le fais depuis des années, depuis que je suis toute petite, mais avec l’âge ça a pris des proportions énormes. Dès qu’il va avoir quelque chose qui va perturber mon bien-être je vais me mutilerdésolée le mot est fort mais ça y ressemble car c’est parfois à sang. Je fais également des crises de panique lorsque mon stress est trop grand et que je n’arrive tout simplement plus à le contrôler. Mon cœur bat vite, j’ai des crampes dans les mains, ma gorge qui se serre, et je pleure évidemment. Bref, que des réjouissances. Pour finir je fais souvent des malaises. Il n’y a pas longtemps, juste avant les vacances d’été j’ai eu un oral à la fac. C’était un oral stupide et je n’avais aucune raison de paniquer puisque nous étions deux à parler. Pourtant je suis arrivée au tableau chancelante. Au bout de quelques phrases j’ai eu des fourmis dans les yeux. Une minute plus tard je me suis retrouvée au sol, inconsciente. Voilà voilà ! C’est assez compliqué à gérer surtout quand je suis amenée à parler devant des enfants et des parents –dois-je rappeler que je veux devenir professeur des écoles ? Pourtant je n’aime pas avoir l’attention sur moi. J’arrive également à psychoter avant de voir un film pour la première fois au cinéma. Je me pose mille questions sur l’intrigue. Je me demande si je vais avoir peur ou non. AH oui parce que je suis ultra froussarde en plus ! Forcément qui dit stress permanent dit manque de sommeil. Je ne sais clairement pas éteindre mon cerveau pour m’endormir sereinement. Du côté relationnel ça peut être vite invivable pour mon chéri qui vit avec moi depuis maintenant cinq ans. Il est parfois mon défouloir émotionnel.

Les sources de stress
  • L’inconnu, l’imprévu

J’aime être organisée et avoir ma petite routine de tous les jours. Je fais tout pour rester dans ma zone de confort. Je suis incapable de répondre à un numéro qui n’est pas dans mes contacts. Mais j’ai aussi beaucoup de mal à rappeler les gens, même ceux que je connais. Il est très rare que je me rende dans un lieu que je ne connais pas seule. Je suis accompagnée à chaque fois – Merci Geoffray ! Dès que je sors de mon cadre habituel tel qu’un événement, un rendez-vous important ou non je me pose pleins de questions. Si je connais la date en avance, je vais commencer à paniquer quelques jours avant au point de ne plus dormir et bien me nourrir. J’ai peur que l’on me juge, que je ne sache pas agir correctement. Je veux faire les choses bien. Malgré mes différents tatouages, mon stress est toujours aussi grand à chaque rendez-vous. Une fois installée je relâche toute la pression et finit par m’évanouir devant tout le monde – désolée les tatoueurs qui ont subi ça, je sais à quel point vous vous êtes inquiétés. 

  • Stress de parler devant des gens

J’anticipe à chaque fois. Je ne peux pas m’empêcher d’imaginer l’instant, le scénario. Le regard des gens braqué sur moi me donne le mal de cœur. Il n’y a pas de raison particulière. Une fois devant mes jambes tremblent, ma peau pâlit.

  • Stress de l’accumulation de travail

La procrastination  très peu pour moi quand il s’agit des études. Quand mes professeurs nous donnent des devoirs je dois les faire dans l’immédiat. Malheureusement souvent ils se donnent le mot pour qu’on ait pleins de dossiers sur les bras à rendre à la même période. La sensation d’être envahie me gagne donc instantanément pour ne plus me quitter. Depuis que je suis présente sur instagram et le blog, j’ai aussi le stress de la publication. Il m’arrive d’avoir peur de ne plus avoir d’inspirations et de ne plus satisfaire mes abonné(e)s. Le soir dans mon lit je ressasse mes angoisses.

  • Stress de la conduite

J’ai le permis depuis mes 19 ans. Mes parents m’ont toujours poussé à le passer pour que j’en sois débarrassée. Depuis que je l’ai il est très très rare de me voir au volant d’une voiture. C’est vraiment en cas de réelle nécessité – donc à mes yeux jamais. J’ai peur des autres conducteurs, de caler, de ne pas savoir comment réagir à une situation dangereuse, de ne pas réussir à me garer, de mourir même.

Relaxation, remédiations

Je sais que je vais stresser toute ma vie. Je suis comme ça. Pourtant j’essaye au maximum de me contrôler, de réduire cette boule à l’estomac.

  • Être organisée au maximum. Je prévois à l’avance toutes les situations qui peuvent me mettre mal à l’aise et m’amener à angoisser. Je réfléchis à comment je peux les surmonter. Je prend du recul et en parle à ceux qui m’entourent.
  • Prendre du temps pour moi, pour me détendre. J’aime tout de même passer du temps avec mes amis.Je reste en général très souriante.
  • Penser positivement ! Je ne vais pas en mourir, tout va bien ! Tout sera vite finit.
  • Apprendre à respirer. Nous avons eu des cours à l’espe et je les met à profit aussi souvent que je peux.
  • Note à moi-même : FAIRE DU SPORT !!! Ça détend et vide l’esprit. Je dois me mettre au Yoga.
  • La lecture. J’ai fait une licence de lettres modernes. Cela permet de changer d’univers et de s’extraire de ses soucis quotidiens. Après tout même les héros en ont.
  • Le théâtre. Là vous vous dites heu ok, elle n’aime pas prendre la parole et avoir l’attention focalisée sur elle. Lorsque j’en faisais je stressais peu voir pas du tout étrangement. Je ne suis pas moi à ce moment. Je joue un personnage. Les lumières dissimulent les visages. C’est comme un cocon. Et on n’est pas seul. Une équipe nous soutient et vit la même chose.

 

J’ai encore énormément de travail sur moi à faire. J’ai conscience que ce stress chronique est lié à un gros manque de confiance en moi. Il faut que j’apprenne à prendre sur moi et à prendre plus de risques pour être par la suite fière de moi, de ce que j’ai accompli. Au lieu de tout garder pour moi j’en parle à mon entourage et à l’amoureux. J’écoute les conseils.

Et vous avez-vous déjà été atteint(e)s de stress chronique, permanent ? 

signature

Publicités